mardi 6 septembre 2016

Les nouveautés et changements de la saison 2016/2017

 Qi-Gong 

Fatima vous propose un nouveau cours réservé aux débutants le mercredi de 17h30 à 18h30.

Au programme : les fondamentaux avec les 20 mouvements de Ke Wen et le qi-gong d'ouverture des 12 méridiens.

 Le cours de 18h45 à 19h45 est réservé aux personnes ayant déjà au moins un an de pratique.
Au programme : approfondissement avec la bannière de Ma Wang Dui et qi-gong méditatifs après le cours (20-30 min).


Systema

 Le cours de Systema du vendredi soir de 19h30 à 20h45 (Oeuvre de la Jeunesse à Mâcon) est repris par Denis.



mardi 30 août 2016

Les horaires de la saison 2016-2017


Lundi :
+ 12h15 - 13h15 : Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Oeuvre de la jeunesse à Mâcon
+ 18h45 - 20h00 : Karaté adultes - Salle des fêtes de Sancé
+ 20h00 - 21h00 : Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Salle des fêtes de Sancé

Mardi :
+ 18h30 - 19h30 :  Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong -Salle des fêtes de Crottet
+ 19h45 - 21h00 :  Systema -Salle des fêtes de Crottet

Mercredi :
+ 14h00 - 15h00 : Karaté enfants - Salle des fêtes de Sancé
+ 15h00 - 16h00 : Karaté kids (4 à 6 ans) : Salle des fêtes de Sancé
+ 17h30 - 18h30 : Karaté adolescents : Salle des fêtes de Sancé
+ 17h30 - 18h30 : Qi-Gong (débutants) - Salle des fêtes de Sancé (salle 1)
+ 18h45 - 19h45 : Qi-Gong (à partir de la 2ème année de pratique)- Salle des fêtes de Sancé (salle 1)
+ 18h45 - 19h45 :  Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Salle des fêtes de Sancé (salle 2)

Jeudi :
+ 9h00 - 10h00 : Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Oeuvre de la jeunesse à Mâcon
+ 12h15 - 13h15 : Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Oeuvre de la jeunesse à Mâcon
+ 18h30 - 19h30 :  Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Salle des fêtes de Davayé
+ 18h30 - 19h30 :  Tai-Chi-Chuan et Qi-Gong - Salle des fêtes de Bagé-la-Ville
+ 19h45 - 21h00 :  Systema -Salle des fêtes de Bagé-la-Ville

Vendredi :
+ 19h30 - 20h45 :  Systema - Oeuvre de la jeunesse à Mâcon

Pas de cours pendant les vacances de Noël et les jours fériés.
Cours pendant les vacances de la Toussaint, de février et d'avril pour les adultes.

dimanche 21 août 2016

La saison débute....

Les cours reprendront le mercredi 7 septembre pour les adultes et le mercredi 14 septembre pour les enfants et adolescents.

Vous retrouverez tous les informations concernant les horaires, lieux et activités dans la rubrique horaires.

vendredi 6 mai 2016

Pourquoi ce nom de « École des 3 énergies» ?

Petit retour en arrière pour comprendre l’histoire et l’origine du nom de l'association. Il y a plus de vingt ans, j'avais l’idée de créer une structure mais il me manquait le nom. Je cherchais un nom qui représente un état d'esprit, qui définisse l'association et ses valeurs. 

Alors je me suis mis à la tache, jours après jours, cherchant encore et encore, évoquant plusieurs noms. Rien, aucune idée, rien ne sortait, je me contentais d'aligner des mots ensemble. Rien à faire. Je semais mes pensées sur le papier, je passais des heures à chercher le nom idéal mais l'inspiration faisait défaut. A la fin de mes heures de recherche, je posais la feuille de papier et laissais mûrir mes idées, je repensais à ce que j'avais écrit dans la journée ou les jours avant. Malgré les doutes, les moments de blocages et les échecs, je persévérais à m’asseoir devant une page blanche, alors même qu’il ne s'y écrivait rien, ou rien de bon. Finalement, un après-midi, à force de tâtonnements l’idée jaillit, elle était là si simple et si évidente et devenait si envahissante qu’il restait juste à l’écrire, faisant confiance à mon intuition. J'avais enfin trouvé l'inspiration. Je lisais et relisais avec entrain, les mots couchés sur le papier comme si je venais d'effectuer une découverte. Oui, ces mots résonnaient en moi, ils faisaient écho à ce que je cherchais depuis des jours. Le lendemain je prenais le temps de lire à haute voix ce que j'avais trouvé : « École des 3 énergies ».

L’enthousiasme retombé, il manquait une explication, ce nom ne m'était pas venu par hasard, il avait un sens, il symbolisait quelque chose... Après quelques réflexions, je remarquais que l'on retrouve un principe commun à tous ces arts : le concept du Qi pour les chinois ou Ki pour les japonais (énergie, souffle vital). Cette énergie du macrocosme (l'univers) et du microcosme (soi-même) est placée au cœur de chaque pratique. C'est le dynamisme commun à toutes ces disciplines. 
 
En ce qui concerne le nombre 3, celui-ci se retrouve dans beaucoup de traditions. En Chine, 3 est un nombre parfait. Selon le Livre des rites (Li-ji), il exprime la tri-unité de l’homme qui résulte de l’union du Ciel et de la Terre. La médecine traditionnelle chinoise présente 3 grands principes : "Les trois joyaux (trésors) humains" sont : l'essence, le principe vital (Jing), l'énergie (Qi) et l'esprit (Shen)."
Au Japon, il y a un concept important dans la pratique des arts martiaux traditionnels : Shin Gi Tai. Les 3 piliers du budoka (pratiquant) : Shin représente l'esprit, le Ciel ; Gi la technique, la Terre et Tai le corps, l' Homme. C’est uniquement en fusionnant ces 3 piliers que l’on peut « sentir » l'énergie et appréhender la « Voie », le Do pour les japonais.
En occident, ce nombre représente le nombre de l'Homme car celui-ci est composé d'un corps, d'une âme et d'un esprit.

Le dernier mot « école ». Aussi improbable que cela puisse paraître, celui-ci signifiait à l’origine loisirs ou arrêt du travail. En effet, en regardant son étymologie ce mot est dérivé du latin schola (loisir studieux), qui est issu du grec ancien skholế dont le sens est arrêt du travail. Mais cette suspension, cet arrêt, n’est pas conçu par les Grecs comme une parenthèse, ni un divertissement. Ce temps « libre» est consacré à des occupations extra-économiques, au premier rang desquelles l’Instruction ou le Savoir. L’école est en fait pour les grecs le lieu de l’apprentissage, autrement dit le lieu où l’on découvre les activités pleinement humaines, un endroit nécessairement exempt des préoccupations du labeur, de la production, des questions liées à la subsistance.

Nous y voilà : vous avez lu l’article jusqu’ici - ce qui prouve un certain intérêt pour le sujet, une détermination sans faille ou encore une absence totale d’autres choses à faire - et vous attendez donc une brillante conclusion. Et bien préparez-vous à être frustré, car c’est à vous de tirer une conclusion de tout cela !

Laurent

samedi 19 décembre 2015

Début septembre 1996, j’ai décidé d'ouvrir les portes de l’École des 3 énergies, alors que j'étais intervenant dans d'autres structures. Aujourd'hui, quelques vingt ans plus tard, je suis un éducateur sportif pleinement satisfait, avec un succès qui dépasse mes rêves les plus fous. 

En effet, tout ceci a commencé par un rêve, le rêve d'un enfant qui souhaitait pratiquer et transmettre les arts énergétiques traditionnels, venus d'Extrème-Orient, au plus grand nombre possible de personnes. J'allais bien plus tard découvrir la véracité du dicton suivant : « Attention à ce que tu souhaites car, chose souhaitée pourrait bien t'arriver. »
J’hésite à l'admettre maintenant, mais en fait, l'une des raisons de ce succès était de plonger aveuglement dans ces arts énergétiques, méconnus à l'époque et empreints de mystère, de secret. 

Selon la pensée chinoise, l’univers est imprégné d’une énergie vitale qui fait bouger l'univers, les atomes, nourrit les cellules, qui permet l’existence même de la vie. Cette énergie appelée Qi et ses méthodes de pratique les plus profondes ont toujours été transmises secrètement ; un maître n’enseignant qu’à un petit nombre de disciples les principes de son école. Ce sont ces êtres « aux pouvoirs extraordinaires » pratiquant des exercices physiques et respiratoires qui ont enflammé l'imagination durant des siècles. 
 
Qu'il s'agisse de la réalité ou du merveilleux, il est difficile, dans ce monde subtil et un peu magique des grands maîtres, de savoir où l'histoire s'achève et où commence le conte, la légende. Ce sont ces mêmes personnages dont on sait si peu qui sont aussi à l'origine de ces arts d'améliorer et de conserver la santé, la longévité dans un corps sain. 
 
Pour tenter de faire pressentir l’inexprimable, les maîtres ont utilisé de tout temps la vertu magique des contes, des récits légendaires. Le plus surprenant réside dans le fait que ces histoires et le merveilleux qui s'y attachent nous disent qu'il existe des êtres ou qu'il a existé des êtres ayant compris les principes de l'infiniment subtil, de l'essence la plus raffinée de l'art, et plus particulièrement la culture du Qi, ainsi que la manière de l'appliquer. Ainsi, leur existence est la preuve que la vie recèle un mystère, un secret que nous ne soupçonnions pas. Nous faisant goûter à la saveur d'une dimension inconnue, ils témoignent que l'incroyable n'est pas impossible, que l'extraordinaire peut se mêler au quotidien.

De nombreuses questions restent encore mystérieuses pour beaucoup de gens. Le but de ces arts énergétiques, ces arts de longue vie n'ont que la pratique pour réponse.

Après plus de trente années d'expérience, je crois que l’attrait de ces méthodes se fonde sur le fait qu'elles sont marquées d'une grande sagesse, d'une connaissance autre à nos esprits occidentaux.

Je voulais simplement expérimenter des techniques qui éveillent mon sens du merveilleux, de l’extraordinaire, du fantastique, du prodigieux. Visiblement, plus de deux cent personnes actuellement ont trouvé que le côté bien-être, voir merveilleux de ces pratiques leur plaisait aussi.

C'est avec une profonde gratitude que je veux vous remercier tous, les nouveaux adhérents, comme les anciens, car sans votre soutien et vos encouragements, il ne m'aurait pas été possible de passer ces dizaines d'années à enseigner ces disciplines extraordinaires. Si j’ai la chance de pouvoir vous transmettre une partie du plaisir que j'ai à partager ces arts avec vous, nous sommes également récompensés, car en vous passionnant pour mes cours, vous avez permis d'en créer d'autres... Je désire exprimer ici toute ma reconnaissance aux personnes suivantes Fatima Bak, Aurélie Léger et Eric Tisserand pour leurs contributions et implications dans la réalisations de leur cours.

Mais par dessus tout, vous m'avez donné la possibilité de pratiquer ces arts que j'avais abordé « pour voir si j'arriverai à percer le côté mystérieux » .

C'est pour cela que je vous remercie. Je crois que « j'ai réussi, en partie ». Merci à vous tous qui m'incitez à poursuivre dans cette quête de l'énergétique, de l'infiniment subtil. 

Laurent 

lundi 7 décembre 2015

Tai Chi Chuan et équilibre

Nous disposons de sens dont nous n'avons pas conscience …
L'équilibre en est un, et dans des conditions normales il fonctionne tellement bien,
avec si peu d'accrocs, qu’Aristote n’a pas jugé important de l’énumérer parmi les cinq sens.

Du système d'équilibration découle notre sens de l'orientation dans l'espace. Si nous bougeons la tête vers
l'avant, le cerveau ordonne à la partie correspondante du corps de s'ajuster, ce qu'elle fait inconsciemment, de façon à récupérer ce changement sur notre centre de gravité et à maintenir notre équilibre.

La marche est une suite de déséquilibres avants rattrapés, associée à un déséquilibre latéral qui permet de faire passer la jambe opposée à celle d'appui, en avant. La pratique du Tai Chi Chuan permet de prendre conscience du transfert du poids du corps d'une jambe à l'autre et le jeu d'alternance des bras et des jambes simulant alors la marche. Ainsi chaque mouvement de l'enchaînement est un événement sensiro-moteur.

Les informations nécessaires au contrôle de la posture, l'équilibration, proviennent du cervelet et de nombreux organes sensoriels : le système visuel (vestibulo-oculaire) renseigne sur la position de la tête et des yeux par rapport au monde extérieur ; le système de l'oreille interne (appareil vestibulaire) nous signale quand nous sommes à la verticale et nous dit comment la pesanteur agit sur notre corps, en détectant les mouvements dans un espace tridimensionnel (horizontale, verticale, avant et arrière). Les récepteurs proprioceptifs situés dans les articulations (capsules articulaires), dans les muscles (fuseaux neuromusculaires) et tendons, ainsi que des capteurs de pression dans la peau, notamment sous la plantes des pieds vont informer le cervelet des positions relatives des différentes partie du corps. Toutes ces informations sont utiles au maintient de l'équilibre.

Ces informations, affinées par l'expérience, sont essentielles pour la réalisation de gestes précis.
Les neuroplasticiens disent du cerveau qu'il répond à un principe « use it or lose it », ce qui signifie qu'un réseau de neurones qui n'est plus utilisé est perdu. Mais cela implique également que plus on stimule de réseaux neuronaux, plus ceux-ci vont augmenter. Ainsi le principe du Tai Chi Chuan de se déplacer lentement permet de travailler régulièrement le sens de l'équilibre et de l'améliorer.
La façon spécifique de se déplacer au Tai Chi en posant le talon en premier puis de dérouler le pied, et de tenir certaine posture comme « le coq d'or se tient sur une patte » permet de stimuler les récepteurs sous les pieds et de favoriser les récepteurs proprioceptifs. De plus, si nous sommes pieds nus, notre cerveau reçoit des informations plus détaillés. Ainsi le contrôle de notre motricité pédestre s'en trouve élargie.
En évoluant lentement dans l'espace, les pratiquants de Tai Chi retrouvent une meilleure conscience de leur corps dans l'espace. Les personnes âgées retrouvent une démarche plus assurée 1.
De plus il est une excellente prévention contre les chutes 2.

Nous l'ignorons, mais notre bien-être repose en partie sur le bon fonctionnement de notre sens de l'équilibre. Lorsque nous disons que nous sommes « équilibré » ou « déséquilibré », « avoir les pieds sur terre », nous utilisons un vocabulaire imagé en rapport avec l'équilibre physique et l'équilibre psychologique.

1. Enquête CERC INSEE 1989-1990 : 31% des plus de 60 ans ont des difficultés pour marcher ;
39% pour les 75-79 ans et 56% pour les plus de 80 ans.
2. R. SONG 2005 « Effects of Tai Chi exercise on physical fitness and all prevention in fallprone
olders adults ». Department of Nursing, Chung Nam National University South Korea.
Chaque année, en France, 1/3 des plus de 65 ans et ½ des plus de 85 ans sont victimes d'une chute
au moins. Dargent-Molina et al. Revue d'Epidemiologie et de Santé Publique 1995;43:72-83
Le Tai chi chuan grâce à ses mouvements complets tonifie les muscles et permet ainsi un renforcement des chaînes musculaires et articulaires de l'ensemble du corps.
Le maintient d'une posture particulière consiste à lutter contre l'affaissement du corps sous l'effet de la pesanteur et à maintenir sa verticalité.

Un esprit sain dans un corps sain

Comment vivre longtemps en bonne santé physique et mentale ?

Avant toute chose, il est essentiel de comprendre que l’activité physique procure un grand nombre de bénéfices. Si sa pratique apporte au cerveau l’oxygène dont il se nourrit, elle stimule également la neurogénèse 1. Toute activité physique fortifie le cœur et stimule l'afflux sanguin au cerveau.
Chacun le sait, en cas d’absence d'exercice physique, les muscles subissent une perte importante de tonicité. La fonction de ces derniers est de maintenir le squelette, mais ils permettent également de pouvoir effectuer des mouvements.

L'attitude posturale risque donc d'être modifiée par cette perte de tonicité. Dans le cas de la posture assise, par exemple, le buste se replie sur lui-même, entraînant alors divers troubles fonctionnels organiques.
Mais ce que l'on ignore généralement, c'est que l'exercice physique préserve également la santé du cerveau.
Il a été récemment prouvé qu’une activité physique régulière augmente la production d'un médiateur chimique naturel, le facteur neurotrophique issu du cerveau (ou FNIC) qui favorise la nutrition des neurones, accrois le nombre de connexions neurales et joue un rôle crucial dans la mise en œuvre de la plasticité du cerveau2.
Il est clair que même les activités physiques les plus simples, comme la marche, exigent une activité mentale importante.

De plus, l'exercice physique libère un autre médiateur chimique naturel, la dopamine, dite aussi hormone du plaisir, engendrant ainsi une sensation de bien être.
Des chercheurs ont également mis en avant le fait que pratiquer une activité physique est un atout essentiel à la bonne santé mentale.
L’exercice physique, en plus de contribuer à l'équilibre général du cerveau, stimule les cortex moteur et sensoriel.

Les fonctions correspondantes ont tendance à s'étioler avec l'âge, poussant ainsi les personnes âgées à se replier sur elles-mêmes. Rien ne hâte plus l'atrophie cérébrale que l'immobilité.
La pratique des mots croisés, sudokus et autres exercices d’entraînements cérébraux est évidemment nécessaire, mais il a été démontré par plusieurs études que cela est insuffisant si l’on souhaite conserver sa vivacité d’esprit.

Il est donc essentiel de pratiquer des activités poussant à la réflexion, mais aussi d’avoir une activité physique régulière, de préserver et développer son réseau social, d’avoir une alimentation saine et équilibrée, sans oublier de toujours garder une attitude positive.
En définitive, tout ce qui maintient le cœur et les vaisseaux sanguins en bon état tonifie le cerveau.

Neurogénèse : création par mitose, réplique exacte, de nouvelles cellules neuronales dans le
cerveau.
1.H. VAN PRAAG, G. KEMPERMANN et F. H. GAGE 1999 « Running increases cell
profileration and neurogenesis in the adult mouse dentate gyrus » Nature Neuroscience, 2(3): 266-
70.
2. S.VAYNAM et F. GOMEZ-PINILLA. 2005 « License to run : Exercice impacts funtional
plasticity in the intact and unjured central nervous system by using neurotrophins ».
Neurorehabilitation and neural Repair, 19(4) : 183-95